art, artiste, peintre, peinture, Franche-Comté, bande dessinée

« C'est l'art qui donne une forme à la nature et qui, par l'autorité d'un individu prédestiné, nous garantit la paix dans nos promenades, dans une forêt, sur l'eau et souvent dans les rues. Cette paix n'est d'ailleurs qu'un compromis un peu mystique entre nous et les catastrophes qui rôdent autour de notre fragilité éternellement impuissante devant l'eau, la terre et ses feux, le ciel et je ne sais quoi encore de très imprécis mais de violent. »

Pierre Mac Orlan, "Courbet", in : Masques sur mesure II, 1951.


Dernières entrées, dernières mises à jour :

Gustave Courbet

§ Théophile Gautier, Le Salon de 1853, Feuilleton de La Presse, 21 juillet 1853.

Luc Breton, un émule franc-comtois du Bernin.

§  Mlle Lucie Cornillot, Le Sculpteur bisontin Luc Breton à Rome, Soc. d'émulation du Doubs, 1938.

§  Mlle Lucie Cornillot, L'Œuvre de Luc Breton, Soc. d'émulation du Doubs, 1939.

Jean-Denis Attiret, peintre officiel de l'empereur Kien-Long.

§  Joseph-Marie Amiot (1718-1793), Éloge du frère Attiret, 1771.

§  Jean-Denis Attiret, Lettres du père Attiret, peintre au service de l'empereur de la Chine, 1743. In : Lettres édifiantes et curieuses, 1736-1781, dans le recueil : Lettres de Chine sous l'empereur Kien-Long(t. 3), publiées sous la direction de Louis-Aimé Martin, 1843.

Gustave Courbet

§ Gustave Courbet, Peut-on enseigner l'art ?, 1861.

Émile Schuffenecker, peintre, anar, faussaire.

Alice Rahon, l'abeille noire.

Adolphe Braun, l’évasion photographique.

→ Exposition au Musée Unterlinden de Colmar, 17 février/14 mai 2018.

Gustave Courbet

§  Pierre Mac Orlan, Masques sur mesure II : Courbet, 1951.

§  Dr Paul Collin, Gustave Courbet à la tour de Peilz, Lettre incluse dans : G. Courbet et son œuvre, de Camille Lemonnier, Paris, 1868.

§  Champfleury, Courbet in : Souvenirs et portraits de jeunesse, 1872.

§  Champfleury, L'Enterrement d'Ornans, in : Grandes figures d'hier et d'aujourd'hui, 1861.

Auguste Lançon, « C'est le Jules Vallès de l'art ».

Jean Challié, l'oublié magnifique.

Simon Bussy, une vie rêvée.

Jules Machard, itinéraire académique d'un enfant un peu gâté.

Pierre-Étienne Monnot : sculpteur, baroque, européen.

René Perrot, un pagus sur la lisse.

Maurice Morel, Évangile et abstraction.

Alexandre Bertrand, un caricaturiste qui assure.

Nicolas Tournier, un Caravage franc-comtois.

Hugues Sambin, menuisier, architecteur et imageur.

Christophe, pour de rire mais pas que…




affiche Miyeon Chon et Rémi Lombardot, Le Manoir, Mouthier Haute Pierre, France


« Houston, we've had a problem... »

Le passé nous échappe,
Le présent est à nous et c'est la seule chose
Dont un honnête homme dispose.
Puisque l'un n'est donc plus,
Que l'autre est nécessaire,
Vivons pour aujourd'hui sans attendre demain.
Qui sait si demain sera mort ou malade ?
C'est seulement vivre que de vivre aujourd'hui.

Jean-François Muiron,
Besançon, 1756-1839
Le Paillard septuagénaire, oct. 1824.




Le Comté de Bourgogne est riche d'un éminent patrimoine artistique et culturel digne du plus vif intérêt mais qu'il semble vouloir ignorer avec un zèle et une application qui paraissent aussi méthodiques qu'implacables. Tandis que le Duché voisin, depuis longtemps déjà, met en valeur un héritage aussi exceptionnel que flamboyant, la Comté joue les belles endormies, pousse un peu son peintre, sa chapelle, sa saline et ses fameux fromages sur le devant de la scène en se disant sans doute que cela suffit déjà bien ainsi… c'est peut-être pour cette raison que, une fois passées les marches extrêmes où l'on connaît encore un peu le Beau Pays, les "gens" confondent sans vergogne Besançon et Briançon, situe Dole en Bretagne et n'ont jamais entendu parler de Lons-le-Saunier… quant à la Haute-Saône ou au Territoire de Belfort… Terræ incognitæ…

D'ailleurs, anecdote croustillante, alors que j'ai contacté presque en vain les musées de la région (exceptés Dole, Arbois et Morez), le musée des beaux-arts de Houston (Texas, USA) qui possède une toile d'un peintre franc-comtois ou l'association culturelle de la Maison Blanche (inutile de situer, celle-ci possède deux toiles de Chartran : ici et ) répondent obligeamment dans les 24h… et envoient, quand ils en ont, de la documentation… « Houston on a un problème, le Far-East ne répond pas… »

Mais trève de jérémiades vous trouverez ci-dessus les dernières entrées et mises à jour.

Bonne lecture !

Salins-les-Bains, le 1er mars 2018


De l'Art et des Artistes en Franche-Comté

Je crois que les morts écoutent
Longtemps au fond de leur tombe
Si leur cœur va se remettre à battre

Alice Rahon
in : Salamandra - Salamandre,
éd. El Tucan de Virginia, Mexico, 1996.

Une attention un peu désinvolte pourrait laisser accroire à l'amateur distraitement éclairé que l'art en Franche-Comté n'est pas très étoffé, un peu chétif pour tout dire (si l'on excepte ses deux fameuses locomotives, Courbet et Gérôme), et trop étique pour être l'objet exclusif d'un site… Certes la Franche-Comté n'est pas la Flandre… mais il n'est pourtant que de lire l'exhaustif et tout à fait passionnant volume, si l'on cultive tout de même par devers soi un certain goût pour l'inventaire, consacré à la Franche-Comté du Dictionnaire des Artistes et Ouvriers d'Art de la France de l'abbé Paul Brune (1912) ou encore le plus digeste Les Hommes célèbres et les personnalités marquantes de Franche-Comté. Du IVe siècle à nos jours d'Émile Fourquet pour se convaincre, s'il en était besoin, du contraire.

C'est à l'occasion d'une visite impromptue au musée des beaux-arts de Dole en janvier 2017, et de l'exposition De David à Courbet, Chefs-d'œuvre du musée des Beaux-Arts de Besançon, que je regardai, entre autres et avec une attention toute nouvelle, deux tableaux que j'avais dû voir auparavant mais sans les regarder "véritablement" lors de mes précédentes visites au musée des beaux-arts de Besançon où ils sont ordinairement exposés : ce sont ceux de J.-P. Péquignot, Paysage des environs de Naples, Cava dei Tirreni, et de J.-F. Lancrenon, Tobie rendant la vue à son père. Je me rendis compte alors à quel point je ne connaissais que très approximativement, et c'est un euphémisme, les artistes de ma région. Fort de cette abrupte constatation je mûris in petto l'idée qu'il me serait profitable, et qu'il le serait sans doute tout autant à d'autres, de donner un peu de lumière 2.0 sur les œuvres de ces artistes quelque peu méconnus quand ils ne sont pas parfaitement oubliés… Je trouvai d'abord et online les deux ouvrages sus-mentionnés et recherchai, online toujours, informations et icônographie.

C'est le fruit de cette recherche (pas toujours couronnée d'un franc succès je le concède) et de cette dilection que je mets en ligne. Cette recherche n'en est qu'à ses tout premiers débuts et je serais très heureux de pouvoir y associer les happy few parcourant les musées et les églises (…) de Franche-Comté, les amateurs et les amoureux de l'Art en général, qui pourraient l'enrichir, au fur et à mesure de leurs pérégrinations et de leurs recherches, par le texte et par l'image… Je crois que nous ferions ainsi œuvre utile autant que plaisante… Alors si quelque bonne volonté s'est laissée guider jusqu'ici… qu'elle n'hésite point…

Salins-les-Bains, le 30 avril 2017