De l'Art et des Artistes en Franche-Comté

Je crois que les morts écoutent
Longtemps au fond de leur tombe
Si leur cœur va se remettre à battre

Alice Rahon
in : Salamandra - Salamandre,
éd. El Tucan de Virginia, Mexico, 1996.

Une attention un peu désinvolte pourrait laisser accroire à l'amateur distraitement éclairé que l'art en Franche-Comté n'est pas très étoffé, un peu chétif pour tout dire (si l'on excepte ses deux fameuses locomotives, Courbet et Gérôme), et trop étique pour être l'objet exclusif d'un site… Certes la Franche-Comté n'est pas la Flandre… mais il n'est pourtant que de lire l'exhaustif et tout à fait passionnant volume, si l'on cultive tout de même par devers soi un certain goût pour l'inventaire, consacré à la Franche-Comté du Dictionnaire des Artistes et Ouvriers d'Art de la France de l'abbé Paul Brune (1912) ou encore le plus digeste Les Hommes célèbres et les personnalités marquantes de Franche-Comté. Du IVe siècle à nos jours d'Émile Fourquet pour se convaincre, s'il en était besoin, du contraire.


C'est à l'occasion d'une visite impromptue au musée des beaux-arts de Dole en janvier 2017, et de l'exposition De David à Courbet, Chefs-d'œuvre du musée des Beaux-Arts de Besançon, que je regardai, entre autres et avec une attention toute nouvelle, deux tableaux que j'avais dû voir auparavant mais sans les regarder "véritablement" lors de mes précédentes visites au musée des beaux-arts de Besançon où ils sont ordinairement exposés : ce sont ceux de J.-P. Péquignot, Paysage des environs de Naples, Cava dei Tirreni, et de J.-F. Lancrenon, Tobie rendant la vue à son père. Je me rendis compte alors à quel point je ne connaissais que très approximativement, et c'est un euphémisme, les artistes de ma région. Fort de cette abrupte constatation je mûris in petto l'idée qu'il me serait profitable, et qu'il le serait sans doute tout autant à d'autres, de donner un peu de lumière 2.0 sur les œuvres de ces artistes quelque peu méconnus quand ils ne sont pas parfaitement oubliés… Je trouvai d'abord et online les deux ouvrages sus-mentionnés et recherchai, online toujours, informations et icônographie.

C'est le fruit de cette recherche (pas toujours couronnée d'un franc succès je le concède) et de cette dilection que je mets en ligne. Cette recherche n'en est qu'à ses tout premiers débuts et je serais très heureux de pouvoir y associer les happy few parcourant les musées et les églises (…) de Franche-Comté, les amateurs et les amoureux de l'Art en général, qui pourraient l'enrichir, au fur et à mesure de leurs pérégrinations et de leurs recherches, par le texte et par l'image… Je crois que nous ferions ainsi œuvre utile autant que plaisante… Alors si quelque bonne volonté s'est laissée guider jusqu'ici… qu'elle n'hésite point…

Salins-les-Bains, le 30 avril 2017